Logo Lamed.frhttp://www.aish.comAccueil Lamed.fr
Résultat : 13 réponse(s)
Parachath Wayètsè – Le défi de la richesse Méir Tamari
Au-delà d'une ressource économique comme les autres, le travail devient un mélange composite de moralité et d’économie puisqu'il concerne l'humain et s'imbrique avec la psychologie, le bien-être et l’intérêt personnel.
Parachath Wayèchev - Le défi de la richesse Méir Tamari
Quand il est entré à Erets Yisrael, le premier acte de Ya‘aqov a été l’achat d’un lopin de terre à Chekhem aujourd’hui Naplouse. Ce fut la deuxième transaction immobilière effectuée par les Patriarches.
Parachath Miqets – Le défi de la richesse Méir Tamari
A qui incombe la charge de prendre des mesures pour soulager les souffrances et les privations qui résultent de situations de pénurie ou de désastres naturels ?
Faut-il laisser chaque individu se débattre dans la recherche d’une protection, ou bien la société a-t-elle une responsabilité dans ce domaine ?

Parachath Wayigach - Le défi de la richesse Méir Tamari
Quand les Egyptiens ont vendu leurs cheptels et leurs terres à Pharaon et à Joseph pour avoir de quoi manger, ils ont troqué leur liberté personnelle contre la sécurité économique. En devenant contractuellement des domestiques, ils ont créé un modèle qui a été souvent imité à travers l’histoire.
Parachath Chemoth – Le défi de la richesse Méir Tamari
Est-il obligatoire de payer ses impôts ?
Parachath Bechala‘h – Le défi de la richesse Méir Tamari
J’ai cru longtemps qu’il n’existait qu’une seule motivation à la malhonnêteté dans les affaires : l’avidité, et que la solution à nos problèmes résidait dans une « économie de suffisance », une économie qui sache se contenter de pourvoir à ce qui suffit aux consommateurs.
Parachath Bo - Le défi de la richesse Méir Tamari
« Et si la maison est trop peu nombreuse pour un agneau, que ton voisin se joigne à toi… »
Parachath Yithro - Le défi de la richesse Méir Tamari
On constate aujourd’hui un hiatus entre l’éthique et la vie religieuse quotidienne dans toutes les sphères, mais surtout dans les domaines de l’argent, des affaires et du commerce.
Parachat Tsav Méir Tamari
Rabbi Chim‘on bar Yo‘haï a enseigné : «La ‘ola (“holocauste”) n’est offerte que pour les mauvaises pensées.»
Parachath Beha‘alothekha – Le défi de la richesse Méir Tamari
La moralité ne peut pas être divisée en secteurs plus ou moins importants, au gré des convenances personnelles ou collectives.
Parachath Balaq – Le défi de la richesse Méir Tamari
« Celui qui possède les trois caractéristiques suivantes fait partie des disciples d’Avraham, notre ancêtre, tandis que trois caractéristiques opposées définissent les disciples de Bil‘am, l’impie : Les disciples d’Avraham notre ancêtre possèdent un bon œil (‘ayin tova), un esprit pétri d’humilité (roua‘h nemoukha) et une âme généreuse (néfèch chefèla), alors que ceux de Bil‘am, l’impie, possèdent le mauvais œil, un esprit arrogant et une âme avide » (Pirqei avoth 5, 19).
Parachiyoth Matoth et Mass‘ei – Le défi de la richesse – Les trois semaines de deuil Méir Tamari
Les délits économiques et l’immoralité dans les affaires ont été les causes de la destruction du Temple et de l’exil qui l’a suivie.
Parachath Waye‘hi - Le défi de la richesse Méir Tamari
Lorsque notre patriarche Jacob a réuni autour de lui ses douze fils et leur a transmis une bénédiction décrivant leurs caractères et annonçant leurs avenirs, il s’est agi, en fait, d’un testament moral, institution dont s’inspireront à travers notre histoire des gens ordinaires comme des savants réputés, des dirigeants communautaires comme des rabbins et des juges.
Résultat : 13 réponse(s)
...
.

25 Kislev 5778
(Mercredi 13 Décembre 2017)

.
...